Michel-Ange


Grâce à son talent indiscutable en sculpture, en peinture et en architecture, Michel-Ange est un de ceux qui, par son ingéniosité, est parvenu à donner un regain de vie aux villes européennes à l\'époque de la Renaissance. Il fut considéré comme un véritable génie de ce temps. Vous retrouverez dans le texte qui suit, les principales œuvres de cet artiste.


Michlangelo Buanorrati est né le 6 mars 1475 à Caprese, au sein d\'une riche famille de Florence. À l’âge de 13 ans, son père le plaça en apprentissage dans l’atelier du peintre Domencio Ghirlandio. Deux ans plus tard, Michel-Ange étudia à l’école de sculpture du jardin des Médicis de la place Saint-Marc. Il fit la connaissance de plusieurs gens telle que le pape Leon X, le pape Clément VII, Marsile Ficin et le poète Ange Politien. À l’âge de 16 ans, ce jeune prodige avait déjà produit au moins deux bas-relief, dont le Combat de Lapithes et le Combat des Centaures. Après la mort de son mécène, Michel-Ange quitta la Florence pour aller s’installer pendant quelque temps à Bologne où il créa plusieurs statuettes en marbre pour la châsse de Saint-Dominique.


Lors de son premier séjour à Rome, il produit sa première sculpture de grandes dimension, le Bacchus (hauteur : 2, 03 m.). Cette sculpture fait parties de ses rares œuvres d’inspiration païenne; les autres étant d’inspiration chrétienne. Ce fut vraisemblablement à la même époque qu’il sculpta dans le marbre un Cupidon Endormi. De plus, il sculpta sa célèbre Piéta, demeurée depuis dans la basilique Saint Pierre au Vatican, un chef d’œuvre qu’il termina alors qu’il n’avait que vingt-cinq ans et cela fut la seule œuvre qu’il signa.


De retour à Florence en 1501, Michel-Ange sculpta le David, un héro antique de l’ancien testament. Cette sculpture, haut de plus de quatre mètre, est fait de marbre. L’œuvre connaît un tel succès qu’elle est exposée sur une place de la ville. Grâce à son succès, Michel-Ange reçoit une commande prestigieuse : celle, en 1504, de réaliser une peinture murale, La Bataille de Cascina, destinée à la Sala dei Cinquecento du Palazzo Vecchio. Mais, il ne dépassa le stade des ébauches. Durant la même année, Michel-Ange peint son premier tableau le Tondi Doni. Dans cette œuvre, il tenta de dépasser les limites de la peinture en donnant à cette toile la même matière que possède la sculpture.


En 1505, Michel-Ange fut appelé à Rome par le pape Jules II, pour la réalisation de deux commandes: les fresques de la chapelle Sixtine et le tombeau du Papes Jules ll. La réalisation des fresques de la voûte de la chapelle Sixtine débuta en avril 1508 et dura plus de quatre ans. Il travailla couché sur le dos, sur un échafaudage monté au-dessus de la chapelle. C’est dans cette position pénible qu’il conçut un système de décoration complexe, comprenant neuf scènes tirées du livre de la Genèse. Il commença par Dieu séparant la lumière des ténèbres ainsi que la Création de Adam et Ève, la Tentation, la Chute de Adam et Ève, et le Déluge. Ces scènes historiées, occupent la position centrale de la voûte et sont entourées de prophètes et de sibylles, sur des trônes de marbre. De plus, il y a d\'autres personnages de l\'Ancien Testament et d\'ancêtres du Christ. Pour la préparation de cette oeuvre gigantesque, Michel-Ange dessina de nombreuses ébauches, concevant ainsi des dizaines de personnages et de poses. Ces représentations impressionnantes et puissantes, démontrent que Michel-Ange connaît parfaitement, et maîtrise l\'anatomie humaine et du mouvement. Le talent et le génie de Michel-Ange ont transformé le cours de l\'évolution de la peinture en Occident.


Mais, avant de s\'attaquer à la décoration du plafond la voûte de la chapelle Sixtine, en 1505, Michel-Ange avait reçu une commande de la part de Jules II pour la réalisation de son tombeau. Ce travail l\'occupa pendant plus de trente années. Le tombeau devait être placé dans la nouvelle Basilique de St-Pierre alors en construction. Michel-Ange se lança avec enthousiasme dans ce projet ambitieux qui devait comprendre plus de quarante figures. Ce projet, constituait pour lui un véritable défi. Il passa des mois dans les carrières pour sélectionner le marbre de Carrare dont il avait besoin. Malheureusement, Michel-Ange